Le rappeur EL HAKED a été jugé et condamné pour ses chansons critiques

qadaya 0 respond
فضاء الدعم المدرسي

Mouad El Haked

AMDH – MOUAD BELGHOUAT, plus connu sous le nom de MOUAD EL HAKED, chanteur critique vis-à-vis de l’ETAT marocain, a comparu pour la cinquième fois devant un tribunal à CASABLANCA ; il est accusé entre autres de vente de billets au marché noir d’un match de football, d’agression des forces de l’ordre et d’ivresse caractérisée ; il est poursuivi ,entres autres, selon les articles 263 et 267 du code pénal.
D’après le rapport d’un membre de la commission administrative de l’Association Marocaine des Droits Humains (AMDH), qui a assisté au procès, de déclarations d’avocats (dont certains dépêchés par l’AMDH) qui ont assisté l’accusé et d’articles parus dans les journaux électroniques, le procès de MOUAD EL HAKED a été entaché de plusieurs violations :
– Les forces de l’ordre ont tout d’bord encerclé la salle du tribunal et ont refusé l’accès aux visiteurs ; devant les protestations des membres de l’Association Marocaine des Droits Humains (AMDH) qui ont rappelé que les séances devaient être ouvertes au public, les forces de l’ordre ont procédé à un filtrage et ont permis à quelques membres ( dont le membre de la commission administrative) d’accéder à la salle du tribunal.
– Le juge a refusé de visionner une vidéo qui montre que l’accusé a été l’objet de mauvais traitements lors de son arrestation par les forces de l’ordre
– Le juge n’a pas pris en considération les allégations de mauvais traitements subis au commissariat (violences verbales et physiques et propos humiliants)
– Le juge a refusé de mettre à la disposition des avocats les billets du match, objets d’arrestation
– Le juge a refusé la comparution de témoins à charge et à décharge comme il a refusé la comparution du médecin qui a délivré un certificat médical à un membre des forces de l’ordre
Face à cette volonté du juge de se contenter du procès verbal de la police (que l’accusé n’a pas signé), les avocats ont décidé de se retirer de la salle d’audience en signe de protestation contre un procès « qui ne répond pas aux critères d’un procès équitable » ; l’accusé a aussi affirmé qu’il ne comparaitrait plus devant le tribunal
A signaler que l’accusé a déclaré que son interrogatoire ( chez la police) n’a nullement porté sur les accusations ci-dessus mais plutôt sur son œuvre artistique..
Le mardi 1/7/2014 le tribunal a prononcé une sentence à l’encontre de MOUAD EL HAKED : quatre mois de prison ferme, 15000 dh d’indemnités au profit des policiers supposés victimes d’agression et 500 dh d’amende. Le juge a ainsi abandonné les accusations de vente de billets au marché noir et d’ivresse caractérisée pour ne retenir que l’agression contre les forces de l’ordre. On peut dès lors spéculer sur les motifs qui ont poussé EL HAKED à « agresser » des policiers dans l’exercice de leur fonction.
Compte tenu du déroulement du procès et de la condamnation, il est fort probable que le procès n’ait rien à voir avec un procès équitable et que EL HAKED a été jugé et condamné pour ses chansons critiques vis-à-vis des forces de police et de l’ETAT.
EL HAKED est victime de sa liberté d’opinion et d’expression.
Rappelons par ailleurs que MOUAD EL HAKED a été condamné et a purgé une année de prison ferme en 2012 pour une chanson et qu’AMNESTY et HUMAN RIGHT WATCH l’avaient adopté comme prisonnier d’opinion ; de même EL HAKED a tenté en 2014 d’organiser une conférence de presse mais les autorités l’ont interdite de manière abusive

Le bureau central de l’ AMDH

الجمعة 4 يوليو 2014 20:21 فضاء الدعم المدرسي
Don't miss the stories follow- قضايا مراكش - and let's be smart!
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
Filed in

Un bon usage de la notation est-il possible ?

L’apprentissage du « code informatique » sera proposé à l’école primaire dès septembre

Related posts
Your comment?
Leave a Reply