Les trois journalistes d’Al Bayane et Bayane al Yaoume hausse le ton

qadaya 0 respond

Journaliste Marocain – Trois journalistes des quotidiens Al Bayane et Bayane Al Yaoume viennent d’entamer un sit in ouvert devant le siège des deux journaux selon un communiqué publié sur le site du Syndicat national de la presse marocaine. Ce mouvement de protestation est annoncé sous le signe : cessez de nous confisquer nos cotisations de retraite, cessez de prendre otage nos salaires ».
Les protestataires, responsables syndicaux affiliés au Syndicat national de la presse marocaine (SNPM), ont décidé de reprendre leur mouvement de protestation en portant d’abord le brassard, ensuite, en organisant des sit in et des grèves de faim. Et pour cause, la direction persiste à ignorer leurs droits et les empêcher d’exercer leur fonction en les privant des moyens de travail.
En effet, souligne les journalistes, la direction des deux journaux, qui ne s’est pas contentée de retarder d’une semaine leurs salaires comme on témoigne les nombreuses plaintes déposées auprès de la délégation du travail, pousse l’échéance jusqu’à deux mois de retard. Et, c’est bien le cas actuellement. Toujours selon le communiqué diffusé à cette occasion, cette violation des lois en vigueur en cache une autre plus grave. « Ce retard de 30 jours de salaire constitue une révision voilée et non déclarée à la baisse des salaires et une résiliation du contrat du travail d’un seul côté », souligne les manifestants. Et d’enchaîner « et ce en violation complète des lois qui régissent la profession et les relations d’emploi.»
Le communique, signé par les trois journalistes, explique que ce feuilleton d’ajournement prémédité des salaires n’est autre qu’un moyen de vengeance et de pression parmi tant d’autres mesures arbitraires que la direction des quotidiens n’a cessé d’exercer sur eux en réaction à leur appel à la justice et au procès en cours (dont le verdict de la première instance est favorable aux journalistes ».
Les journalistes prévoient également un sit in de protestation, vendredi 05 octobre devant le siège du syndicat national de la presse marocaine (SNPM) à Rabat.
La situation de nos confrères dans les quotidiens du PPS reflète l’état malade du secteur. Ceci nous amène à poser la question de l’implication effective du syndicat de la presse marocaine dans les problèmes réels des journalistes. Faut-il se contenter de rabâcher les mêmes propos vides de sens et sans effet ou passer à l’acte ? Un syndicat est-il censé être solidaire corps et âme avec les journalistes et protéger la profession ou céder le pas à l’opportunisme en axant son action uniquement à courir derrière les postes (apparemment le projet du conseil national de la presse aiguise l’appétit d’aucuns au syndicat de la presse marocaine) ? Ces interrogations méritent réflexion surtout que le congrès du syndicat s’approche… Autant dire qu’il y a matière à débattre du bilan des deux mandats de l’actuel président du syndicat…A méditer.

الخميس 4 أكتوبر 2012 01:50
Don't miss the stories follow- قضايا مراكش - and let's be smart!
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
Filed in

Immobilier : Un projet de loi durcit les sanctions et instaure la dénonciation

Un collier airbag en remplacement du casque de vélo

Related posts
Your comment?
Leave a Reply